Mamma Maria – Serena Giuliano

  • Editeur : Cherche Midi
  • Genre : Contemporain
  • Nombre de pages : 240 pages
  • Prix : 17 €

Après avoir lu Ciao Bella de Serena Giuliano, j’ai enchaîné avec son deuxième roman en lecture commune avec Audrey du blog Les petites bulles de papier. J’ai encore plus aimé ce roman qui m’a fait voyager en Italie. 

Résumé de l’éditeur

« Ciao, Sofia, qu’est-ce que je te sers ? Comme d’habitude ? Et j’ajoute un cornetto, parce qu’il faut manger, ma fille !
– Oui, merci, Maria. »
Je m’installe en terrasse, face à la mer, comme chaque matin depuis que je suis de retour en Italie. J’aime bien travailler au son des tasses qui s’entrechoquent. Et, au Mamma Maria, j’ai toujours de la compagnie. Il y a ceux qui viennent tuer le temps. Il y a les enfants qui rêvent devant le comptoir à glaces. Il y a les ados qui sirotent un soda, monsieur le curé, et, surtout, mes partenaires de scopa.
Ici, on vient échanger quelques mots, partager un apéro, esquiver la solitude ou écouter Celentano. Moi, je viens pour me persuader que j’ai bien fait de quitter Paris… et l’autre abruti.
Il fait quand même meilleur ici.
Et puis, on cherche aussi à profiter de la bonne humeur (ou non) de Maria, qui mène, comme une mamma, tout ce petit monde à la baguette.
Bref, j’ai enfin retrouvé mon village paisible.
Enfin, paisible jusqu’au jour où…

Ce que j’en ai pensé

Après sa rupture, Sofia décide de revenir en Italie, dans le village de son enfance. Comme la plupart des habitants, elle passe beaucoup de temps au bar tenu par Maria, la Mamma italienne par excellence.

J’ai beaucoup aimé le personnage de Sofia. Elle est attachante, elle se bat pour ses convictions. Maria est aussi très attachante.  Elle a son caractère et certaines choses chez elle peuvent être dérangeante. Elle a tendance à être assez méchante avec sa belle-fille qui est pourtant adorable. Mais en même temps, c’est ce qui fait le charme de Maria, d’autant plus qu’on se rend compte que c’est un petit jeu et que finalement c’est respectueux et tendre. La relation entre les deux femmes m’a d’ailleurs beaucoup touchée à un moment.

Tous les personnages sont attachants. J’ai beaucoup aimé le personnage de Franco qui est d’une grande générosité. Les autres aussi m’ont plu. Il n’y a pas de distinction d’âge dans ces amitiés et c’est d’autant plus beau.

Dans ce roman, Serena Giuliano décrit l’Italie d’une telle manière qu’on a l’impression d’y être. Le personnage écrit d’ailleurs des mails pour décrire sa région et j’ai eu l’impression de voyager à chacune de ces descriptions. On retrouve vraiment l’ambiance italienne telle que je me l’imagine.

Serena Giuliano aborde un sujet plus complexe et lance un message de tolérance, d’entraide. J’ai vraiment aimé cette partie du roman qui montre des points positifs et des points négatifs chez certains personnages. J’ai aimé voir les réactions de chacun et la manière dont certains changent leur vision des choses.

La plume de Serena Giuliano est toujours aussi belle et poétique. C’est un roman feel-good qui fait du bien, surtout en cette période. 

Incontournable

4 commentaires sur « Mamma Maria – Serena Giuliano »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s