Miroir, miroir – Serena Valentino

  • Editeur : Hachette/Disney Heroes
  • Genre : Jeunesse/Fantasy
  • Nombre de pages : 206 pages
  • Prix : 14,95 €

J’adore l’univers Disney et cette collection chez Hachette me tentait beaucoup. Je me suis laissée tenter par le premier sorti dans la série des vilains.

Résumé de l’éditeur 

La méchante reine n’a pas toujours été mauvaise. Après la mort de la mère de Blanche-Neige, elle épouse le roi et devient souveraine. Entre l’amour de son époux et la petite fille qu’elle affectionne comme sa propre enfant, elle s’épanouit pleinement, jusqu’au jour où le roi meurt à la guerre. Elle est seule, à la merci d’un miroir maudit lui rappelant sans cesse une enfance détestable…

Ce que j’en ai pensé

J’ai bien aimé cette histoire. On rencontre la méchante reine avant qu’elle ne devienne reine. Elle épouse le roi, père de Blanche-Neige, et tous les trois forment une famille épanouie, pleine de tendresse et d’amour.

Un drame vient bouleverser son équilibre. Elle sombre dans le désespoir et change de personnalité. Ce qu’il y a de pire en elle ressort progressivement. Elle a peur d’être rejetée comme l’a fait son père durant toute son enfance.

Le visage dans son miroir la rassure, son apparence et sa beauté sont ce qu’il y a de plus important pour elle. Alors quand le miroir lui dévoile qu’il y a plus belle qu’elle, la reine se doit de réagir et évincer ses concurrentes. Jusqu’au jour où le miroir désigne Blanche-Neige. La suite de l’histoire on la connaît.

J’ai trouvé que c’était une manière originale de connaître l’histoire de la méchante reine de Blanche-Neige. L’histoire est parfois touchante, émouvante et triste. Ce que vit la reine n’est pas facile et le livre permet de comprendre un peu mieux sa personnalité. Elle est tiraillée entre plusieurs choses et finalement on ne sait plus à un moment si elle est profondément méchante ou non. J’ai aussi eu cette impression dans la série Once upon a time où finalement je ne savais plus à un moment si Régina (la méchante reine) était viscéralement méchante ou si c’était plus une façade, une protection.

Ce qui m’a surtout plu c’est la relation de Blanche-Neige et de la reine. En épousant le roi, elle devient la belle-mère de Blanche-Neige et toutes les deux entretiennent un lien fort, jusqu’à ce qu’il soit rompu bien sûr.

Même si j’ai passé un moment agréable en lisant ce roman, il ne m’a pas marqué plus que ça. J’ai trouvé qu’il y avait certaines longueurs, certains passages inutiles à un moment. On connaît la fin mais j’aurais aimé que ce soit un peu plus développé. A partir du moment où Blanche-Neige est contrainte de quitter le château, c’est quasiment la fin du livre. J’aurais aimé que ces moments, qui chevauchent le conte de Blanche-Neige qu’on connaît, soient plus développés pour apporter un parallèle plus intéressant encore. 

C’est quand même un roman jeunesse qui se lit plutôt bien et qui pourra plaire aux amateurs de réécriture de contes.

Agréable à lire

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s