Dry – Neal et Jarrod Shusterman

  • Editeur : Robert Laffont/Collection R
  • Nombre de pages : 450 pages
  • Prix : 17,90 €

J’avais adoré La Faucheuse de Neal Shusterman. Quand j’ai vu qu’il sortait un one-shot coécrit avec son fils, j’étais obligée de l’acheter pour découvrir cette nouvelle histoire. Et encore une fois avec cet auteur, je ne suis absolument déçue !

Résumé de l’éditeur

Avez-vous déjà eu vraiment soif ?
La sécheresse s’éternise en Californie et le quotidien de chacun s’est transformé en une longue liste d’interdictions : ne pas arroser la pelouse, ne pas remplir sa piscine, limiter les douches…
Jusqu’à ce que les robinets se tarissent pour de bon. La paisible banlieue où vivent Alyssa et sa famille vire alors à la zone de guerre.
Soif et désespoir font se dresser les voisins les uns contre les autres. Le jour où ses parents ne donnent plus signe de vie et où son existence et celle de son petit frère sont menacées, Alyssa va devoir faire de terribles choix pour survivre au moins un jour de plus.

Ce que j’en ai pensé

J’ai beaucoup aimé cette dystopie. Le sujet traité pourrait clairement nous arriver à tous. Dès les premières pages, on entre directement dans le vif du sujet. 

On suit plusieurs personnages dans ce livre. Alyssa vit dans une banlieue calme et paisible. Mais lorsque les robinets cessent de couler, la banlieue s’agite jusqu’à devenir une zone de guerre. Ses parents prennent la décision d’aller chercher de l’eau à quelques kilomètres de chez eux mais ne les voyant pas revenir, Alyssa et son petit frère vont paniquer et partir à leur recherche.

J’ai beaucoup aimé les personnages. Ils sont tous très bien construits avec chacun leur propre personnalité, leurs qualités et leurs défauts. Alyssa est de nature généreuse et altruiste. Mais dans ces conditions, c’est difficile de penser au bien-être de tous les gens que l’on croise quand on souffre soi-même de la soif. Garett est le petit frère d’Alyssa et ce personnage m’a beaucoup touchée. C’est un petit garçon de 10 ans qui fait preuve de beaucoup de courage et de sang-froid dans certaines situations. Il a également des réactions qui peuvent être choquantes pour quelqu’un de son âge.

On suit d’autres personnages dans ce roman mais je ne veux pas trop en dire sur eux. Kelton est un garçon un peu particulier mais j’ai adoré le découvrir au fil de l’histoire. Pareil pour Jacqui, j’ai eu du mal à la cerner mais on la découvre peu à peu. Je me suis beaucoup attachée à ces 4 personnages. 

Les chapitres alternent les points de vue des personnages ce qui nous permet de mieux les comprendre, de savoir un peu mieux quelles sont leurs intentions, ce qu’ils pensent des choix qui sont fait. On a également des pages spéciales à certains moments. Ces pages nous présentent la situation d’autres personnages que l’on rencontrera plus tard dans l’histoire. On a aussi des pages d’infos. Ces pages nous montrent les chaînes d’infos, ce qu’ils racontent et leur quête aux images toujours plus choquantes. Ces pages font vraiment prendre conscience que les médias peuvent manipuler l’opinion en montrant ce qu’ils souhaitent, quelle info est selon eux la plus pertinente ou la plus marquante (je n’en dis pas plus mais c’est surtout le cas au début de l’histoire et j’étais aussi choquée que les personnages).

Ce qui m’a beaucoup plu aussi dans ce roman c’est le fait de croiser différents types d’humains. Les personnalités de chacun se révèlent et il ne faut pas toujours se fier aux apparences. Les plus égoïstes et égocentriques peuvent se révéler être les plus généreux au final. Même si la soif peut faire changer les personnalités, tout le monde n’a pas un fond hyper mauvais (même si ce n’est pas le monde des bisounours non plus).

Le seul petit point négatif pour moi c’est la fin. Les choses se passent beaucoup trop vite et j’aurais voulu en savoir un peu plus. J’avais l’impression qu’il fallait juste conclure le roman, mettre le point final et du coup c’est trop rapide.

La plume des auteurs est très addictive. J’ai adoré la construction du roman avec les pages spéciales et l’alternance des points de vue. L’histoire est réaliste, haletante et troublante. Le livre joue vraiment sur la psychologie parce qu’il donne vraiment soif mais aussi parce qu’il fait prendre conscience d’un certain nombre de choses.

Incontournable

Publicités

5 commentaires sur « Dry – Neal et Jarrod Shusterman »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s