Les soeurs Carmines – Ariel Holzl

Les soeurs carmines

J’ai lu ce livre pour le Pumpkin Autumn Challenge. J’ai beaucoup entendu parler de ce livre et j’avais hâte de le découvrir. 

Résumé de l’éditeur

Merryvère Carmine est une monte-en-l’air, un oiseau de nuit qui court les toits et cambriole les manoirs pour gagner sa vie. Avec ses soeurs, Tristabelle et Dolorine, la jeune fille tente de survivre à Grisaille, une sinistre cité gothique où les moeurs sont plus que douteuses. On s’y trucide allègrement, surtout à l’heure du thé, et huit familles d’aristocrates aux dons surnaturels conspirent pour le trône.
Après un vol désastreux, voilà que Merry se retrouve mêlée à l’un de ces complots ! Désormais traquées, les Carmines vont devoir redoubler d’efforts pour échapper aux nécromants, vampires, savants fous et autres assassins qui hantent les rues…

Ce que j’en ai pensé

J’ai eu un peu de mal à entrer dans l’histoire au début mais je me suis accrochée et arrivée à la moitié du livre j’ai vraiment apprécié ma lecture. L’univers est très particulier. On se retrouve au coeur de la cité gothique Grisaille où des familles aux dons surnaturels conspirent pour le trône.

Le personnage de Merryvère, dit Merry, est celui que l’on suit dans ce premier tome. Elle est monte-en-l’air c’est-à-dire qu’elle cambriole les demeures pour subvenir aux besoins de sa famille. Mais un jour les choses ne se passent pas comme prévu et elle se retrouve mêlée à un complot. Merry est courageuse et pleine d’empathie. Elle se démarque des autres en n’ayant pas envie de tuer des gens, dans une ville où pourtant le meurtre est courant. Elle évite aussi au maximum de blesser son entourage. 

On découvre également les deux soeurs de Merry. La plus jeune, Dolorine, est une petite fille assez particulière. On la retrouve à travers des passages de son journal intime. L’aînée est Tristabelle et je dois dire qu’elle est détestable. Mais paradoxalement c’est le personnage que j’ai préféré. Elle est égocentrique mais elle m’a fait rire par ses remarques cinglantes. 

L’intrigue est très bien construite. On alterne les éléments comiques et tragiques. L’histoire se met en place assez rapidement mais j’avais du mal à m’y retrouver au début dans cet univers.

La plume de l’auteur est fluide. L’histoire est rythmée, pleine de surprises. Le ton cynique et humoristique de l’auteur est un vrai régal. Les révélations de la fin donnent envie de lire la suite, d’autant plus que c’est du point de vue de Tristabelle. 


Mnemos – 263 pages – 17 €


A découvrir

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s