Friend zone – Mickaël Parisi

Friend zone

Thomas Grant est un détective privé qui propose ses services sur le « Dark Web ». Opaline, femme végane, va faire appel à lui pour sauver son frère, embrigadé dans la secte « Les Trentenaires ». Thomas va se lancer à corps perdu dans cette mission, sans avoir de plan, et bien sûr rien ne va se passer comme il l’avait imaginé.

Ce que j’en ai pensé 

Je tiens d’abord à remercier Mickaël Parisi pour m’avoir proposé l’envoi de son dernier roman. 

Thomas est un personnage acariâtre, misogyne, alcoolique, accro aux armes à feu qu’il n’hésite pas à sortir à la moindre contrariété. Opaline semble aux premiers abords être une femme sensible et raisonnée. Comme la mission de Thomas ne va pas se passer comme prévue, tous les deux vont se retrouver à mener à bien une mission qu’ils se sont donnée.

Ce livre n’est pas à mettre entre toutes les mains. Pour lire ce livre il faut avoir l’esprit très ouvert et un certain humour.

Je ne m’attendais pas du tout à ça en commençant ce roman. L’histoire en elle-même m’a plu même si parfois j’étais totalement déstabilisée, notamment les scènes qui ont lieu pendant les « endormissements » de Thomas. L’histoire part un peu dans tous les sens par moments et ce n’est pas toujours évident de suivre et de comprendre où cela va mener.

Ce qui m’a surtout dérangée c’est le style cru et vulgaire. Avec un tel personnage la vulgarité est logique mais je trouve que c’était un peu trop au bout d’un moment. Certains propos et certaines scènes ont un peu choquées l’âme sensible que je suis. 

Par contre, le texte ne manque pas de rythme et les personnages sont intéressants, ils ont du charisme même si c’est difficile de s’attacher à eux. Ce qui est sûr c’est qu’on ne peut pas enfermer ce livre dans une catégorie. C’est vraiment un OVNI.

Le gros point positif pour moi c’est que ce roman nous pousse à la réflexion. C’est la force du roman et c’est pour cette raison que je suis contente de l’avoir lu. C’est intéressant d’avoir d’un coté un personnage vegan et de l’autre un personnage carnivore, et surtout qu’il n’y ait pas de parti pris. J’ai apprécié qu’Opaline ne réussisse pas à convaincre Thomas au véganisme pour justement ne pas culpabiliser en tant que lecteur. Le fait que chacun campe sur ses positions permet au lecteur de trouver sa place dans le débat et de pouvoir débattre avec lui-même (même si Thomas réfléchit après les images qu’il a visionnées sur les abattoirs). L’autre situation que j’ai trouvé intéressante c’est la prostitution des enfants en Thaïlande dont on ne parle pas assez.

J’aurais pu vraiment plus apprécier ce livre mais malheureusement il y avait trop de vulgarité et de propos crus pour moi.


E-book auto édité – 186 pages – 4,99 € sur Amazon


Agréable à lire

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s