Les trois saisons de Sauveur et fils – Marie Aude Murail

 

Sauveur Saint-Yves est psychologue. Avec son allure de rugbyman Sauveur est à l’opposé de la caricature que l’on peut se faire d’un psy. Né aux Antilles, il vit en France depuis le décès de sa femme et élève seul Lazare, son fils de 8 ans. Ce roman nous plonge dans le quotidien de ce psychologue rythmé par toutes ses consultations quotidiennes. Lazare, lui, se cache pour ne pas louper une miette des confessions des patients de son père. Très dévoué à ses patients Sauveur va jusqu’à recueillir chez lui Gabin, 16 ans, fils d’une de ses patientes internée. Mais les compétences de Sauveur semblent s’atténuer voire disparaître lorsqu’il se confronte à son fils. Pour se construire, Lazare pose des questions sur sa mère et son décès mais son père a dû mal à en parler… Le comble pour un psychologue de ne pas réussir à extérioriser son passé et ses maux. 

Ce que j’en ai pensé 

Tout au long des trois saisons, certains personnages s’effacent peu à peu pour laisser place à de nouveaux arrivants. D’autres au contraire vont prendre une place plus importante dans la vie de Sauveur, dans son cabinet de psychologue et dans notre esprit de lecteur. Chaque semaine on s’immisce dans les séances thérapeutiques des différents patients, comme Sauveur on attend le prochain rendez-vous pour en savoir plus sur chacun. Les personnages de Sauveur, Lazare et Gabin sont particulièrement attachants. Parmi les patients de Sauveur, c’est le personnage d’Ella qui m’a particulièrement touchée.

Cette série pourrait être assez banale et tomber dans le tragique mais elle est au contraire ponctuée de touches d’humour. La maladresse de Sauveur avec son fils permet de créer des situations amusantes et touchantes. Plongée au coeur des plaies des patients de Sauveur, je me suis pris au jeu de réfléchir avec ce personnage aux raisons des problèmes de chacun. La présence du hamster sur la couverture m’a beaucoup plu et c’est d’ailleurs cet élément qui m’a attirée au début. Sa présence est d’ailleurs une des questions que l’on retrouve sur la quatrième de couverture et, sans en dire plus, ce petit animal joue un certain rôle dans l’intrigue.

Divorce, scarification, dépression, rejet, homosexualité, harcèlement… autant de thèmes délicats que Marie-Aude Murail réussit à aborder tout en finesse, en évitant le mélodrame et c’est ce qui fait le charme de ce livre.


Saison 1 – L’Ecole des Loisirs – 300 pages – 17 €
Saison 2 – L’Ecole des Loisirs – 320 pages – 17 €
Saison 3 – L’Ecole des Loisirs – 320 pages – 17 €

Roman à lire dès 12 ans


Incontournable

 
Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s