Nous les menteurs – E. Lockhart

91heaes0oyl

Harris Sinclair, patriarche d’une riche famille, réunit chaque été ses trois filles ainsi que ses petits-enfants sur l’île de Beechwood. Cadence Sinclair est l’aînée des petits-enfants et nous emmène avec elle à la rencontre de sa famille. Durant ces étés elle passe son temps avec ses cousins Mirren et Johnny. Gat, un proche de Johnny, est aussi de la partie. Cadence va tomber sous le charme de Gat durant l’été 15, autrement dit l’été de ses 15 ans. Mais un événement va compromettre la fin de cet été-là. Cadence est victime d’un accident dont elle n’a aucun souvenir. A cause des terribles migraines dont elle souffre, elle ne retournera sur l’île que durant l’été 17 où elle retrouvera sa bande qu’elle nomme Les Menteurs. Cadence va tenter de comprendre les circonstances de l’accident dont sa mère ne lui dit rien. Mais Les Menteurs vont-ils vraiment l’aider à comprendre ?

Ce que j’en ai pensé 

La famille Sinclair a tout de la famille parfaite au premier regard. Mais en avançant dans le livre on se rend compte que la jalousie et les secrets sont en fait très présents. C’est par le regard de Cadence qu’on apprend petit à petit les défauts de chacun et ce qu’il se cache derrière les sourires de façade. C’est parce qu’ils sont imparfaits que les personnages d’E. Lockhart sont si attachants, particulièrement la bande des Menteurs.

Le style de l’auteur est à la fois fluide et mystérieux. Des contes sont insérés dans le roman, ce qui nous pousse à chercher les indices pour lever le voile sur l’accident de Cadence. J’ai tout imaginé – des choses plus ou moins horribles – mais j’étais très loin de la vérité. Vous l’aurez compris la fin est très inattendue, époustouflante et brutale (les larmes ont bien coulé durant les dernières pages !). Et même des jours après on repense à cette intrigue bouleversante. Une fois commencé il est difficile de lâcher ce roman tellement on a envie de connaître la vérité (qui arrive en cinquième partie). E. Lockhart ne se contente pas de trois pages pour tout révéler, elle y consacre un chapitre entier ce qui permet d’avoir toutes les réponses (ou presque) aux questions que l’on se pose.

Je trouve la couverture de ce livre magnifique. Elle correspond parfaitement à l’ambiance générale du livre : une photo floue des Menteurs qui se baignent sous un grand soleil. Le flou dans lequel le lecteur, et Cadence, se trouvent plongés au fil des pages.

Un roman troublant, inoubliable et époustouflant !


Gallimard Jeunesse – 288 pages – 14,50 €

Roman à lire dès 13 ans


coup de coeur

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s