Un avion sans elle – Michel Bussi

1540-1

En 1980, un avion qui assurait la ligne Istanbul-Paris se crashe dans le Jura, sur le Mont Terrible. Sur place, les secours découvrent un bébé de trois mois, seul survivant de l’accident. Deux bébés se trouvaient à l’intérieur de l’avion alors qui est cet enfant ?

Deux familles que tout oppose vont se disputer et revendiquer leur filiation à ce bébé, surnommé « Libellule » par la presse. D’un côté, la famille de Carville, richissime, clame haut et fort que ce bébé est leur petite-fille Lyse-Rose. De l’autre côté, la famille Vitral, modeste, pense qu’il s’agit de leur petite-fille Emilie. Après des semaines de démêlés judiciaires, le juge déclare que « Libellule » est Emilie Vitral.

Mathilde de Carville, la grand-mère de Lyse-Rose, emploie le détective privé Crédule Grand-Duc pour découvrir qui est réellement Libellule. Après dix-huit ans d’enquête, Crédule Grand-Duc laisse son carnet de notes contenant toutes ses recherches à Emilie.

Mais au moment de laisser définitivement cette enquête derrière lui, le dénouement de cette histoire se trouve juste devant ses yeux. Seulement, il est assassiné avant de pouvoir annoncer qui est réellement la jeune fille. Emilie pourra compter sur son frère Marc pour découvrir le fin mot de l’histoire. Alors qu’Emilie prend la fuite, Marc tente de la retrouver tout en essayant de comprendre les notes du détectives et d’avancer lui aussi vers la vérité.

A travers ce livre, Michel Bussi nous propose une lecture sur deux niveaux : le journal de Crédule Grand-Duc, que nous découvrons en même temps que le personnage Marc, et l’intrigue en octobre 1998, dix-huit ans après le crash de l’avion. Dès le début de l’intrigue, deux questions majeures se sont imposées à moi : qui est Libellule : Emilie ou Lyse-Rose ? Qu’est-il arrivé à Crédule Grand-Duc et pourquoi ?

Alors que je pensais avoir la solution au bout de quelques chapitres, ma théorie s’est effondrée peu à peu, tout comme les suivantes que je bâtissais. Michel Bussi réussit à garder le suspense jusqu’à la fin et l’on ne découvre l’identité inattendue de Libellule que dans les toutes dernières pages.

Dans Un avion sans elle, Michel Bussi nous entraîne dans une intrigue pleine de suspense et un rythme haletant.


Presses de la Cité – 540 pages – 22 €
Pocket – 572 pages – 7,80 €


Incontournable

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s